Mon ami aimerait lire ça aussi!

Dans l’article précédent, j’ai parlé de ma perplexité concernant la réponse de Dieu à la prière du peuple d’Israel. Dieu a répondu affirmativement à sa demande insensée. Cette demande a eu des conséquences extrêmement négatives sur l’avenir du peuple et sur la dynamique de sa relation avec Dieu. La deuxième réponse de Dieu qui me laisse perplexe est celle qu’il a donnée à Paul.

Histoire # 2 – Paul

Nous avons, jusqu’à un certain point, une idée de l’identité et des activités missionnaires de Paul. Ses lettres représentent une bonne partie du Nouveau Testament. Toutefois, elles sont difficiles à comprendre parfois. Leur interprétation a provoqué des dissensions et provoque encore au sein de la foi chrétienne. Qui n’a jamais entendu “un chrétien” justifier une attitude parfois aberrante en citant un texte de Paul?  🙂

Paul, un homme de prière

Cependant, avant de considérer Paul comme le théologien contextuel qu’il était, il faut le voir comme un disciple de Jésus passionné par la prière. Je n’ai pas compté le nombre de fois que Paul a mentionné ses prières dans les lettres qu’il envoyait aux églises qu’il avait fondées. Ou du moins ses requêtes.

Vouloir être un missionnaire comme Paul, c’est embrasser une vie de prière incessante, intercédant pour le salut de ceux qui ne connaissent pas Dieu. En effet, cet apôtre a consacré toute sa vie à partager sa foi. Dans ses écrits, on voit cependant que la prière était le fil conducteur de sa vie. Il en parlait librement. Il insérait dans ses écrits des appels à la prière même si ce n’était pas le thème principal dont il voulait parler (Romains 12:12; Éphésiens 3:14Colossiens 4:2Éphésiens 6:181 Timothée 2:1).

Vouloir être un missionnaire comme Paul, c'est embrasser une vie de prière incessante, intercédant pour le salut de ceux qui ne connaissent pas Dieu. Click To Tweet

 

Toutefois, toutes les prières de Paul n’ont pas été répondues.

C’est un peu surprenant de constater la réaction de Dieu face aux demandes de ses enfants. Dans notre compréhension, nous imaginons que Dieu répondrait aux prières de ces hommes et femmes qui se consacrent tout entiers au partage de leur foi. Nous pensons peut-être que c’est la moindre des choses que Dieu pourvoie à leurs besoins et réponde immédiatement à leurs requêtes. Toutefois, leur histoire prouve le contraire. Paul en est l’exemple.

Le cas de Paul

Paul est malade. Nous savons pas exactement de quoi il souffre puisqu’il en parle rarement dans ses écrits. Quand il le fait, il utilise un mot dont la signification pour nous maintenant qui lisons ces écrits est problématique. En effet, il dit:

Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir.  2 Corinthiens 12: 7

Si on lit les versets précédents, Paul semble souligner qu’à cause de ses connaissances théologiques et ses “succès” en matière de partage de sa foi, pour le garder dans l’humilité, Dieu a donné la permission à une écharde dans la chair de l’affliger. D’ailleurs, il caractérise cette écharde comme un messager de Satan.

Une écharde dans la chair?

Que l’on se réfère au mot grec ou à sa traduction dans les différentes versions de la Bible, il nous est difficile de décrire sa maladie. Mais la façon dont il en parle nous permet de faire deux observations. D’abord, sa maladie était quelque chose de physique, pas une maladie mentale. En effet, il dit une écharde dans la chair. Ensuite, c’était chronique. Imagine un instant quelqu’un qui se dévoue à 110 % dans le partage de sa foi, qui va dans des contrées hostiles pour parler de Dieu, quelqu’un dont Dieu se sert pour opérer des guérisons miraculeuses et qui lui-même est malade. Ça ne semble pas être une publicité attrayante pour Dieu, n’est-ce pas? Cependant, Paul connait la puissance de Dieu. Il sait qu’il peut le guérir. Alors, que fait-il? Il prie:

Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi. 2 Corinthiens 12: 8

Quelle est la réponse de Dieu?

Et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.… 2 Corinthiens  12:9

La réaction de Paul

Pour moi, la réaction de Paul est surprenante. Dieu lui dit carrément: “Non, Paul, je ne te guérirai pas. Tu peux continuer avec cette maladie chronique. Ma grâce est suffisante.” Paul en fait mention dans cette lettre à titre d’exemple. Ensuite, il en parle rarement. Quand nous lisons ses écrits, nous oublions souvent que c’est un disciple malade qui écrit ou même des fois qu’il est en prison, dans une situation peu envieuse. Il ne répète pas à tout bout de champ de sa maladie, ses souffrances ou ses déceptions. Non. Dieu lui a donné une réponse, il s’en contente et passe à autre chose même si j’imagine que de temps en temps il souffrait.

 

 

Je ne suis pas comme Paul 🙂

À la place de Paul, j’aurais insisté, prié, pleuré. Je serais fâchée, ensuite je me serais calmée. Je réclamerais encore une fois la prière de mes amis, mon église. J’aurais organisé des jeunes. Je répèterais la même requête à Dieu à n’en plus finir: “Mais Dieu, tu vois bien que j’ai besoin d’une santé robuste pour voyager. Tu sais ce que je ferais si je pouvais me déplacer sans cette épine dans ma chair. Je suis ta servante fidèle, fais quelque chose. Je sais que tu le peux.” Ce comportement, c’est moi :). Il faut dire que l’insistance auprès de Dieu est mon second prénom. Je ressemble en ce sens à un enfant têtu qui insiste pour avoir quelque chose. Peut-être je suis à la lettre ce verset :

Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Matthieu 7:7

La chose qui me rend la plus perplexe

Cependant, ce n’est pas seulement la réaction de Paul qui me rend perplexe, c’est la réaction de Dieu. On pourrait citer des arguments valables pour inciter, que dis-je, motiver Dieu à répondre à la demande de Paul. Mais Dieu a dit non alors que pour le peuple d’Israel Dieu a dit oui!!! Comment? Quel est le sens de tout cela?

Un semblant d’explication

Dans l’article précédent, j’ai essayé d’expliquer la réaction de Dieu, mais pour Paul je ne sais quoi dire excepté deux choses. Premièrement, souffrant moi-même de petits bobos de temps en temps, je peux dire que dans certains cas Dieu peut utiliser merveilleusement nos moments de souffrance à notre avantage et pour sa gloire. Mon amour de l’écriture et de la lecture par exemple est né de ces instants de solitude ou je devais rester à la maison parce que j’étais malade. J’en parlerai sûrement dans un article 🙂

Ensuite, quand on est un véritable enfant de Dieu, on n’utilise la prière ni comme un tour de magie ni un moyen efficace pour plier Dieu à sa volonté. La prière est tout simplement cette conversation qui nous rapproche de Dieu en lui faisant part de nos soucis, nos besoins, nos actions de grâce. À son tour, Dieu nous explique ses plans pour notre avenir, nous équipe et nous donne le courage pour faire face aux difficultés de la vie.

La prière nous remet à notre place de créature et garde Dieu à sa place: le créateur qui sait tout de nous, qui nous aime et sait exactement ce dont nous avons besoin. Par conséquent, en priant, ce qui doit nous intéresser est cette relation intime qui se développe entre Dieu et nous. C’est le but ultime de la prière. La prière ce n’est pas un refuge qui fait disparaitre magiquement tous les maux du monde parce que que nous vivons dans un monde de péché qui ne sera totalement transformé qu’au retour de Jésus.

 

La prière nous remet à notre place de créature et garde Dieu à sa place: le créateur qui sait de nous, qui nous aime et sait exactement ce dont nous avons besoin. Click To Tweet

 

Entre-temps, Dieu nous demande de lui faire connaitre nos pétitions, nos requêtes et de lui faire confiance. Dieu sait ce qu’il fait! Continuons, toi et moi, à prier et acceptons la réponse divine à nos prières.

Es-tu parfois perplexe face aux réponses de Dieu à tes prières?

Mon ami aimerait lire ça aussi!