Mon ami aimerait lire ça aussi!

Ce n'est sûrement pas le nom qui te vient en tête quand tu penses à ce personnage biblique. Mais moi, je l'appelle le vagabond du Bon DieuCe n’est sûrement pas le nom qui te vient en tête quand tu penses à ce personnage biblique. D’ailleurs dans la Bible, il est reconnu pour toute autre chose que sa vie de nomade. Il est central à l’histoire du peuple d’Israel. Son nom est reconnu même parmi ceux qui ne sont pas des croyants chrétiens. En fait, son héritage a provoqué et continue à provoquer des dissensions extraordinaires. Il peut donc porter tout autre nom que celui de vagabond. Cependant, moi, je me plais à l’appeler le Vagabond du Bon Dieu.

Un vagabond?

On n’a pas toujours une image positive d’un vagabond. Il n’est pas riche et n’a aucune résidence fixe. Il vit ici et là. En effet, dans le dictionnaire Larousse, le mot vagabond signifie :

Personne qui n’a ni domicile ni ressources fixes, qui est en état de vagabondage. (Aujourd’hui, expressions usitées : S.D.F. [sans domicile fixe], sans-abri.)

On a donc l’impression que le vagabond se laisse emporter par le vent de la vie sans avoir de plans précis. Je ne veux aucunement blâmer ni défendre ce mode de vie. Mais, je dois avouer que dans mon esprit, il subsiste une image pittoresque d’un vagabond, image enracinée par l’idée qu’un vagabond est tout à fait libre de faire ce qui lui plait 🙂 Cependant, je sais que la vie des SDF est extrêmement difficile.

Le vagabond du Bon Dieu?

Pourquoi donc ai-je utilisé l’expression le vagabond du Bon Dieu pour décrire ce personnage biblique ? En fait, c’est quelqu’un dont j’admire la vie. D’ailleurs, il a été à l’origine de l’histoire du peuple de Dieu comme je l’ai dit plus haut. Voici ce que la Bible explique:

L’Eternel dit à Abram: Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. Abram partit, comme l’Eternel le lui avait dit, et Lot partit avec lui.  Genèse 12: 1 – 4

Donc Abram, plus tard appelé Abraham par Dieu, est celui que je nomme le vagabond du Bon Dieu. Tu vois pourquoi je l’appelle le vagabond du Bon Dieu maintenant? Ce n’est pas très original, mais avoue que son histoire ressemble à celle d’un vagabond. En effet, à la demande de Dieu, Abram n’hésite pas à quitter sa terre natale et de partir à l’aventure. La grande différence entre un vrai SDF et Abram? c’est que ce dernier a répondu à un appel venu d’en-haut et il n’était absolument pas pauvre.

A la demande de Dieu, Abram n'hésite pas à quitter sa terre natale et de partir à l'aventure. Click To Tweet

Cependant, cette image de celui qui se libère de toute entrave et va habiter dans un pays dont il ne connait ni le nom ni les coutumes fait germer dans mon esprit créatif et rêveur toutes sortes d’images qui j’en suis sûre sont tout à fait éloignées de la réalité. Mais, que veux-tu? Je ne peux m’empêcher de rêver…

 

Pourrions-nous être des vagabonds du Bon Dieu?

Toute plaisanterie mise à part, l’histoire d’Abraham est profonde et il mérite le nom Père de la foi qui lui est souvent attribué. Des articles de blogue, des livres, des sermons ont été écrits sur la vie de cet homme. Il n’y a pas longtemps, dans le podcast Le chrétien au quotidien, Billy et moi, nous avons discuté de sa femme.  Dans la Bible, son nom est répété des dizaines et des dizaines de fois. Tu connais bien l’expression Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. L’auteur de l’épitre aux Hébreux a bien raison de l’inclure dans sa galerie d’hommes et de femmes de foi:

C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse.… Hébreux 11: 8-9

Donc sa foi l’a poussé à déménager, à quitter son confort et à voyager au gré de la volonté divine. Alors que toi et moi, nous vivons notre petite vie plus ou moins confortable d’hommes et de femmes du 21è siècle, serions-nous prêts à déménager non avec l’idée d’améliorer notre statut économique et social, non pour rechercher un mieux-être ailleurs mais parce que Dieu nous le demande et veut que nous partagions notre foi dans un pays qui nous est totalement étranger?

Sa foi l'a poussé à déménager, à quitter son confort et à voyager au gré de la volonté divine

Pas de réponse hâtive

Avant de me dire: Bien sûr Jacqueline! réfléchis bien à ce que tu fais maintenant pour Dieu en termes de partage de foi. Est-ce que tu parles de ta foi là oû tu habites? à ton travail? dans ton quartier? Es-tu enthousiaste à l’idée de faire des études bibliques? Cherches-tu de nouveaux moyens créatifs pour obéir à cet appel que Dieu lance à tous ses enfants? Le partage de ta foi, est-ce une priorité pour toi ou quelque chose auquel tu penses une fois par semaine quand tu es à ton église? Après des réponses sincères à ces questions, alors tu pourras répondre à la question fondamentale: déménageras-tu pour partager ta foi?

Je rêve tout comme toi de voyager, en fait, je voyage souvent. Mais quand je fais des plans personnels de voyage c’est toujours pour voir du pays. Ce n’est pas mauvais, visiter d’autres pays nous permet d’élargir notre horizon, de rencontrer d’autres personnes, de connecter avec des gens venant de cultures différentes. Cependant, toi et moi, nous devrions être à l’écoute de Dieu chaque jour de notre vie pour partager notre foi quotidiennement. Si, selon sa volonté, un jour il voudra que nous déménagions, nous serons alors prêts à le faire sans hésitation. Nous serons alors de vrais vagabonds du Bon Dieu 🙂

A ton tour

Comment appellerais-tu Abraham?

 

Mon ami aimerait lire ça aussi!