Category Archives for "Foi"

1 comment lire la Bible

Comment commencer à lire la Bible?

comment lire la Bible

Comment commnencer à lire la Bible

Des centaines de milliers de livres, d’essais, d’articles sont écrits à propos de la Bible, certains pour la plupart flatteurs ou enjoliveurs, d’autres carrément sceptiques. Cependant, la Bible est demeurée le livre qui a passé le test du temps.

On peut ne pas y croire, déformer ses enseignements, en ignorer le contenu ou la mépriser, toutefois, il est difficile de ne pas avoir entendu le mot “Bible” cité au moins une fois dans sa vie.

Mon expérience personnelle

Le livre était intimidant, mais d’une certaine façon attrayant. On en parlait régulièrement à la maison puisque j’ai grandi dans une famille chrétienne. Cependant, jusqu’à l’adolescence, je n’avais pas conscience qu’il fallait lire la Bible personnellement.

Un jour,  après maints sermons écoutés sur la nécessité de sonder les Écritures, j’ai décidé que j’allais commencer ma lecture. Comme pour toute nouvelle aventure, j’étais curieuse et enthousiaste au début, ensuite effrayée par l’ampleur de la tâche quand j’ai commencé pour finalement devenir sceptique quant à ma capacité de la réaliser.

Je n’ai pas réussi à lire toute la Bible quand j’étais adolescente. Toutefois, j’en ai lu une bonne partie. Et à travers les années, ce désir  de lire soigneusement la Bible est demeurée en moi malgré mes expériences en montagne russe avec ce livre fascinant.

A travers les années, ce désir de lire soigneusement la Bible est demeurée en moi malgré mes expériences en montagne russe avec ce livre fascinant. Click To Tweet

 

Une aventure difficile

La lecture de la Bible peut sembler une tâche tout à fait gargantuesque et peut paraitre être réservée aux initiés. Je constate que dans certaines communautés chrétiennes, l’accent n’est plus mis sur la lecture personnelle de la Bible mais l’interprétation qu’en fournissent les leaders religieux. Sonder personnellement les Écritures comme l’a ordonné Jésus est relégué parmi les tâches des dirigeants non des membres.

Cependant, je crois fermement que c’est de la responsabilité de chacun qui sait lire et qui a une Bible à sa portée de l’examiner minutieusement, de la sonder pour en tirer des leçons et des messages divins pour sa vie.

Cependant, je crois fermement que c'est de la responsabilité de chacun qui sait lire et qui a une Bible à sa portée de l'examiner minutieusement, de la sonder pour en tirer des leçons et des messages divins pour sa vie. Click To Tweet

 

Si, comme moi, tu es fasciné par la Bible et tu veux la lire régulièrement, je te conseille de:

1. Croire d’abord que tu peux lire la Bible

Tu dois opérer un changement de pensée. Penser que tu ne peux ni lire ni comprendre la Bible est un état d’esprit défaitiste qui t’empêchera de mettre sur pied un plan pratique et efficace afin de lire la Bible.

Je ne sais combien de personnes viennent à moi de temps en temps après une de mes prédications pour m’avouer qu’elles aimeraient bien lire la Bible mais qu’elles ne pensaient pas pouvoir y arriver. La Bible, selon elles, est trop compliquée.

Je ne veux nullement minimiser la complexité de la Bible ni diminuer l’effort qu’il faut déployer si on veut approfondir ses enseignements. Cependant, ce livre est rédigé pour être à la portée de tous dans un premier temps et pour être creusé afin d’y trouver les perles rares qui s’y trouvent. Par conséquent, tout le monde peut commencer sa lecture et en tirer profit. Ce qui m’amène à mon deuxième conseil.

Lire la Bible

La Bible peut être facile à lire

2. Commencer la lecture des livres les plus faciles

La Bible n’est pas écrite en ordre croissant de difficulté. Donc, un peu partout à travers ses pages, on trouvera des livres ou des passages dont la compréhension se révèle un peu facile alors que d’autres demandent une lecture approfondie sinon des explications supplémentaires qui doivent être apportées par des gens qui sont plus avancés que soi dans leur voyage à travers la compréhension de la Bible. C’est pourquoi quand on commence  à peine à lire la Bible, on est début en quelque sorte, on doit commencer par les livres les plus faciles à comprendre.

Lire la Bible

Dès l’enfance tu connais la Bible

Quels sont les livres les plus faciles?

Selon moi, il faudrait commencer par le texte ou passage qui a été étudié à l’église pendant un service de culte. Si tu vas à l’église régulièrement, assurément on y prêche des sermons bibliques (je veux dire des sermons tirés de passages bibliques dont l’exégèse a été bien faite. Ce ne sont pas des discours à caractère “motivationnel” dans lequel le prédicateur utilise un texte biblique pour défendre sa position.). Alors, choisis ce texte de retour à la maison pour le lire et le méditer.

Si non, tu peux commencer par les histoires qui sont connues de la Bible que tu as entendues à plusieurs reprises mais que tu n’as jamais lues toi-même. C’est un bon début pour trouver des détails qui n’ont pas été racontés jusqu’à présent ou que tu n’as jamais sus.

Une autre option est de commencer ta lecture par les Psaumes suivie des Évangiles. Je propose les Psaumes parce que ce sont des chants qui décrivent toute la panoplie des émotions humaines. Un de ces Psaumes va sûrement faire écho à ta situation actuelle. Ensuite les Évangiles, parce qu’on y raconte la vie de Jésus. C’est toujours fascinant de lire par soi-même tous ces récits extraordinaires des activités de Jésus sur terre.

3. Être constant dans ses efforts

Aucune nouvelle activité ne vaut la peine d’être entreprise si elle ne procure aucun bienfait. J’ai déjà expliqué cette idée dans un de mes articles précédents. Il en de même pour la lecture de la Bible. Certes, cette dernière procure des bienfaits durables (J’y reviendrai dans un prochain article!), mais ce n’est jamais fait du jour au lendemain. C’est un travail graduel de transformation que fait la lecture de la Parole de Dieu dans la vie des croyants, mais il faut que ces derniers continuent à lire régulièrement.

Lire la Bible

Lire la Bible continuellement

Certains jours, tu vas te décourager. Parfois, après la lecture d’un texte, tu te sentiras plus confus qu’auparavant. Mais continue, Dieu promet le Saint-Esprit à ceux qui persévèrent dans leurs efforts de comprendre sa Parole.

Pour aller plus loin

Qu’est-ce qui t’empêche de commencer à lire la Bible?

 

 

Épisode # 15: Libre-arbitre et péché, les deux sont-ils liés?

Épisode # 15 du podcast Le chrétien au quotidien

Selon le dictionnaire Larousse le terme libre-arbitre est “la faculté de se déterminer (par opposition au serf arbitre)”. C’est une “volonté non contrainte”. Cette définition suscite beaucoup de questions quand on parle du péché. Il semble que certaines personnes pensent le libre-arbitre peut être exercé dans tout autre domaine de la vie sauf dans le domaine spirituel. Pour d’autres, tout est prédestiné, donc nul besoin de faire des efforts puisque rien de ce qu’on pourra faire ne changera nos actions. Est-ce vrai?

Dans ce nouvel épisode du podcast “Le chrétien au quotidien”, Billy et moi, nous essayons d’apporter des éléments de réflexion qui pourraient te porter à examiner tes croyances et leurs répercussions sur ta vie.

Vas-y écoute ce nouvel épisode en cliquant sur l’image ci-dessous!

 


 

Questions de réflexion personnelle

  • T’es-tu déjà dit que tu n’avais pas le choix? Dans quelles situations? Quelles en ont été les conséquences?
  • As-tu choisi de devenir chrétien? Rappelle-toi les circonstances de ce choix.
  • Comment ta vie de chrétien maintenant est-elle différente de ton passé sans Jésus?

Ressources

Versets

Deutéronome 11:26-28 

Vois, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction: la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour; la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour, pour aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point.

 

Josué 24:15

Épisode # 15 du podcast Le chrétien au quotidien

Et si vous ne trouvez pas bon de servir l’Éternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison, nous servirons l’Éternel.

 
 

Jérémie 26:3

Peut-être écouteront-ils, et reviendront-ils chacun de leur mauvaise voie; alors je me repentirai du mal que j’avais pensé leur faire à cause de la méchanceté de leurs actions.
 

Actes 2:21

Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.
 
 
Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice?
 

Journal de prière

Clique sur ce lien pour télécharger gratuitement ton journal de prière  https://www.leplaisirdecrire.com/journal-de-priere/ 
 
 
C’est tout pour cette semaine. À la semaine prochaine 🙂 

Parlons d’expérience!

mon-dieu-2Je crois que la plus grande vérité de l’évangile est la libération que procure le sentiment de pouvoir tout remettre entre les mains d’un être supérieur.

Pour saisir cette vérité, il faut passer par des moments où la seule chose qu’on puisse faire ou dire est: « Seigneur sauve-moi, je ne peux pas faire ce que tu me demandes ». C’est le moment suprême de l’abandon où on se livre totalement entre les mains de Dieu sachant qu’il prendra soin de nous.

Non, dans l’évangile il n’y pas de place pour l’exaltation de soi, la confiance en soi ou l’orgueil.

L’apôtre Paul le dit bien, c’est quand nous nous sentons forts que nous sommes les plus vulnérables puisqu’il nous faut dans ces cas-là avoir recours à Dieu.

C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. 2 Corinthiens 12:10

Dieu est présent pour nous aider dans nos faiblesses, nous secourir, nous prendre par la main pour nous conduire sur le chemin de l’éternité. J’ai appris à ne dépendre que de sa volonté, à m’abandonner et à dire :

Seigneur, je ne peux pas le faire sans Toi, je me sens inutile, je suis incapable de faire face seule à ces difficultés.

Il nous est impossible de parvenir à la mesure de ce que Dieu veut pour nous sans lui.

Nous ne pourrons jamais de nous-mêmes accomplir la volonté de Dieu. Il nous faut vraiment dépendre de lui. Et la réside toute la force de la vie chrétienne. Nous ne pouvons remporter de grandes victoires sans le secours d’en haut et il faut apprendre à dépendre de cette puissance.

Une question d’expérience!

jusqua-votre-vieillesse

 

Une seule façon de l’apprendre: en faire l’expérience. Nous pouvons répéter à qui mieux mieux, prêcher du matin jusqu’au soir sur l’abandon de soi, la miséricorde divine, le pardon sans en comprendre leur profonde signification.

Il faut avoir expérimenté le péché, la chute, le découragement, la rage de ne pouvoir rien faire de nous-mêmes avant de saisir toute la signification de l’amour de Dieu, de son aide, de son appui, de son soutien au pécheur.

Dans le psaume 51, David lance un cri poignant vers Dieu après ses multiples péchés durant ce triste épisode de sa vie. Je pense qu’à ce moment-là il a véritablement compris sa nature pécheresse. Il s’est écrié:

O Dieu! aie pitié de moi dans ta bonté; Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions;
Lave-moi complètement de mon iniquité, Et purifie-moi de mon péché.
Car je reconnais mes transgressions, Et mon péché est constamment devant moi.
J’ai péché contre toi seul, Et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement.
Voici, je suis né dans l’iniquité, Et ma mère m’a conçu dans le péché.
Mais tu veux que la vérité soit au fond du coeur: Fais donc pénétrer la sagesse au dedans de moi!
Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur; Lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.  Psaume 51: 3 – 9

Dieu se penche miséricordieusement sur le cas personnel de chacun de ses enfants pour l’aider à traverser les eaux houleuses de la vie terrestre. Oui, Dieu est vivant, Il est grand, Il est redoutable, mais aussi Il est compatissant, lent à la colère et riche en bonté.

Cette leçon et cette prise de conscience se font chaque jour. Un pas à la fois. Un jour à la fois…

À bientôt!

 

 

Identité chrétienne

S.O.S, qui suis-je?

Identité chrétienne

Qui suis-je?

T’est-il arrivé de te demander le pourquoi de ton existence? De t’arrêter tout simplement pour te poser des questions vraiment dérangeantes sur la raison d’être de la vie en général ou de ta vie en particulier?

 

Je sais que je l’ai fait à plusieurs étapes dans ma vie.

Jusqu’à présent, je continue à me demander si je suis dans la voie voulue par Dieu pour moi. J’espère ne jamais arrêter ce processus d’introspection.

En parlant de ces questions délicates, je ne veux pas dire que je questionne mon existence, ou que je suis plongée dans un vide de désespoir qui me pousse à conclure que la vie est inutile. Pas du tout! En fait, je parle de ces moments dans l’existence de tout être où  l’on prend du temps pour évaluer son existence pour savoir si on  est sur la bonne piste ou non. Si non, que doit-on faire pour corriger le tir?

Jusqu'à présent, je continue à me demander si je suis dans la voie voulue par Dieu pour moi. J'espère ne jamais arrêter ce processus d'introspection. Click To Tweet

Tu comprends bien que les questions existentielles sont abordées différemment quand on est chrétien.

On ne se demande pas à quoi bon de vivre ni si sa vie en vaut la peine. Mais de préférence, on se demande si sa vie est alignée avec les plans divins. Nous croyons dans la vérité de ce verset:

Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. Jérémie 29:11

Par conséquent, quand je m’arrête pour faire de l’introspection, je ne me questionne pas seulement personnellement, j’en parle à celui qui m’a créé et qui avait un plan précis en tête lors de ma création.

Je ne me pose pas cette question parce que je suis chrétien!!!

Il y en a parmi  vous qui tout de suite aimeraient me faire un sermon sur le fait que d’être chrétien suppose qu’on ne se pose plus ce type de questions. On a rencontré Dieu et cela suffit. Je suis partiellement d’accord avec vous.

seigneur-je-crois

Le chrétien, assurément, trouve son identité en Christ. Grâce à cette identité, il s’oriente dans la vie et arrive à accepter les circonstances les plus perplexes de son existence. Cependant, tu conviendras avec moi que la question demeure: “Pourquoi suis-je ici?” “Qu’est-ce que je dois faire avec ma vie?”

Désolée. je n’ai pas de réponse concrète à te proposer qui te conviendra spécifiquement. Mais, je peux te dire que Dieu les a.

David s’est posé des questions sur sa vie.

David a reconnu la nécessité de vérifier avec Dieu s’il était sur la bonne voie ou non. Il n’a pris pour acquis sa foi en Dieu comme réflection de l’orientation de sa vie. En fait, il voulait que Dieu lui-même lui révèle s’il était sur la bonne voie, car, on ne peut pas toujours faire confiance à ses sentiments.

Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur! Éprouve-moi, et connais mes pensées! Psaume 139:23

Identité chrétienne

Sonde-moi ô Dieu

David savait que seul Dieu ” pénètre les reins et les coeurs.” (Jérémie 20:12)

 

En définitive, je pense que se poser des questions sur la raison d’être de sa vie est important si on les pose à la bonne personne (Dieu!) et avec la bonne disposition d’esprit!

Se poser des questions sur la raison d'être de sa vie est important si on les pose à la bonne personne (Dieu!) et avec la bonne disposition d'esprit! Click To Tweet

Dis-moi ce que tu en penses 🙂

 

À bientôt!

 

 

5 citations pour résister aux obstacles

Les obstacles font partie de toute réalisation.

Rien ne se réalise exactement comme prévu. En route, on rencontre des obstacles qui peuvent paraitre insurmontables. Toutefois, ceux qui ont réussi vous le diront: faire face aux obstacles et les surmonter constitue la clé du succès.

Beaucoup de projets ne sont pas arrivés à terme non à cause de leur pertinence mais par manque de persévérance de la part des initiateurs. Alors, pour rallumer la flamme de tous ceux qui travaillent sur un projet maintenant, voici 5 citations motivantes:

 

 

“Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, que vous soyez enthousiaste ou en colère face aux obstacles, allez chercher la réussite que vous méritez. Vous réussite n’est pas négociable.” Sébastien Night

 

“Celui qui attend que tout danger soir écarté pour mettre les voiles ne prendra jamais la mer.”
Thomas Fuller

 

“N’acceptez jamais la défaite, vous êtes peut-être à un pas de la réussite.”
Jack. E Addington

 

“Le succès ne consiste pas à ne jamais faire d’erreur, mais à ne jamais faire la même erreur deux fois.”
Georges Bernard Shaw

 

“Tous ceux qui réussissent apprennent que le succès se trouve de l’autre côté de la frustration. Malheureusement, certains n’arrivent pas à passer de l’autre côté. Les gens qui n’atteignent pas leurs objectifs sont généralement arrêtés par la frustration. Ils la laissent les empêcher d’agir comme il conviendrait pour réaliser leurs désirs. Pour dépasser cet obstacle, il faut entrer dans la frustration, faire de chaque échec un tremplin, savoir en tirer une leçon, et avancer plus loin.”

Anthony Robbins

 

À bientôt!

PS Travailles-tu sur un projet maintenant? Es-tu un peu découragé? Commente…

Je me lance à coeur joie!

La joie!

Le plaisir d'écrire

Le plaisir d’écrire

Cette émotion n’est pas inconnue des auteurs bibliques. De l’Ancien Testament au Nouveau Testament, nous trouvons plus de 300  versets qui en parlent.

Personnellement, je viens de passer 6 jours à parler de la joie, à poster des images, à faire des exercices avec toute la communauté de Le plaisir d’écrire sur Facebook. C’était une expérience fantastique. C’est pourquoi je te propose un exercice facile à faire, mais qui exige de la réflexion. Ça te prendra un peu de ton temps, mais je t’assure ça en vaut la peine 🙂

D’abord, voici une liste de versets qui parlent de joie. Je te donne non seulement les références mais aussi le contenu. Lis-la. Ensuite, réponds aux questions suivantes:

  1. Qu’est-ce la joie?
  2. Pourquoi avoir de la joie?
  3. Qu’est-ce qui donne de la joie?
  4. Quand avoir de la joie?
  5. Comment maintenir la joie?
  6. Dans ma vie, est-ce que je suis joyeux/joyeuse? Si oui, comment maintenir ta joie? Si non, qu’est-ce que tu peux faire pour avoir de la joie?

Bonne lecture et bonne réflexion!

Liste de versets

  • Galates 5:22
    Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance
  • Proverbes 17:22  Un cœur joyeux est un bon remède, Mais un esprit abattu dessèche les os.
  • Job 8:21 Il remplira ta bouche de cris de joie, et tes lèvres de chants d’allégressse.
  • 1 Chroniques 16:27
    La majesté et la splendeur sont devant sa face, La force et la joie sont dans sa demeure.
  • Psaumes 34:6
    Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie, Et le visage ne se couvre pas de honte.
  • Psaumes 9:3
    Je ferai de toi le sujet de ma joie et de mon allégresse, Je chanterai ton nom, Dieu Très Haut !
  • Psaumes 118:24 : C’est ici la journée que l’Éternel a faite : Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie !
  • Psaumes 126:3
    L’Éternel a fait pour nous de grandes choses ; Nous sommes dans la joie.
  • Habacuc 3: 17 – 18 : Car le figuier ne fleurira pas, la vigne ne produira rien, le fruit de l’olivier manquera, les champs ne donneront pas de nourriture; les brebis disparaitront du pâturage, et il n’y aura plus de boeufs dans les étables. Toutefois, je veux me réjouir en l’Éternel, je veux me réjouir dans le Dieu de mon salut.
  • Jérémie 15:16
    J’ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées ; Tes paroles ont fait la joie et l’allégresse de mon coeur ; Car ton nom est invoqué sur moi, Éternel, Dieu des armées !
  • Sophonie 3:17
    L’Éternel, ton Dieu, est au milieu de toi, comme un héros qui sauve ; Il fera de toi sa plus grande joie ; Il gardera le silence dans son amour ; Il aura pour toi des transports d’allégresse.
  • Le plaisir d'écrire

    www.leplaisirdecrire.com

    Zacharie 9:9
    Sois transportée d’allégresse, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, Sur un âne, le petit d’une ânesse.

  • Matthieu 2:10
    Quand ils aperçurent l’étoile, ils furent saisis d’une très grande joie.
  • Romains 14:17
    Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit.
  • Romains 15:13
    Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint Esprit !
  • 2 Corinthiens 8:2
    Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part.
  • 2 Corinthiens 13:11
    Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix ; et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.
  • Philippiens 2:2
    Rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée.
  • Philippiens 4:4
    Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous.
  • www.leplaisirdecrire.com

    www.leplaisirdecrire.com

    Colossiens 1:11
    Fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients.

  • Jacques 1:2
    Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés,
  • Jacques 5:13
    Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance ? Qu’il prie. Quelqu’un est-il dans la joie ? Qu’il chante des cantiques.
  • Pierre 4:13
    Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra.

N’oublie pas de répondre aux questions ci-dessus!

À la prochaine,

En route, ensemble, vers le ciel!

 

Seigneur, éloigne de moi le malheur et la souffrance!

Avez-vous remarqué combien il est difficile de se concentrer sur un seul sujet de prière? Je ne sais pas si vous êtes comme moi,  mais je trouve laborieux l’effort de répéter une demande incessamment. Cependant, en même temps, au fur et à mesure que les jours passent, si je reste déterminée, je peux faire cette demande aisément. C’est une expérience inoubliable que j’ai faite grâce  l’initiative de prier comme Jaebets au cours du mois de janvier!

Pour la dernière semaine, à cause d’un deuil dans la famille (c’est pourquoi cela m’a pris du temps avant d’écrire cet article), c’était plus aisé pour moi de demander à Dieu de m’éloigner de la souffrance et de la douleur comme Jaebets l’a fait dans sa prière. À un certain moment, il m’était difficile de me concentrer. Alors, j’ai répété la dernière partie des requêtes de Jaebets: “Seigneur, éloigne de moi le malheur et la souffrance.” Bien sûr, la prière ne m’a pas rendue imperméable à toute souffrance, mais j’ai pu traverser cette période de deuil avec l’assurance que Dieu était avec moi. J’ai eu une nouvelle compréhension de la situation dans laquelle je me trouvais. Par dessus-tout, j’ai vu la main de Dieu agir, arrangeant tous les petits détails pour que tout concoure à sa gloire. Avec le recul maintenant, je suis étonnée de voir tout ce qui s’est réalisé sans que j’aie à intervenir. Dieu a tout pris en main. Il a placé des personnes pour nous aider, ma famille et moi, à traverser ce moment difficile.

Seigneur, éloigne de moi le malheur et la souffrance!

En étudiant la prière de Jaebets, il me semblait surprenant de voir cette requête à la fin de la liste. Cependant, en y réfléchissant, je comprends mieux l’objectif de Jaebets. D’abord, il a commencé par demander à Dieu sa bénédiction spirituelle, sa bénédiction matérielle, ensuite sa protection pour la situation présente. Finalement, arrivé à cette étape, Jaebets réclame de Dieu une toute autre forme de protection.

Seigneur délivre-nous du mal!

Jaebets savait qu’avoir des biens et une bonne santé physique ne garantissait pas contre le danger. En effet, plus on est béni, plus on est menacé. Par exemple, certaines personnes vont essayer de te détruire physiquement ou de détruire ta réputation pour t’empêcher de jouir de tes bénédictions pensant que tu ne les mérites pas. La jalousie et l’envie peuvent pousser certaines gens à commettre des crimes affreux. Personne n’est à l’abri d’attaques. Nous le savons! Puisque, le succès peut occasionner des ennuis, il est impératif de demander à Dieu d’éloigner de nous le malheur et la souffrance.

David a compris cette dure réalité

Dans la bible, les prières les plus sincères demandant à Dieu protection contre les ennemis viennent de David. Ses psaumes sont remplis de telles requêtes. C’est vrai qu’en étant roi, il était environné d’ennemis. Par conséquent, c’était tout à fait normal de demander à Dieu sa protection. Nous ne sommes pas rois ou peut-être nous n’occupons pas de position à aussi grande responsabilité. Cependant, le fait que nous soyons dans le camp céleste est suffisant pour devenir la cible de l’ennemi de Dieu. L’apôtre Paul l’a dit:

Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. Epnésiens 6:12

Seule la sollicitude divine peut intervenir en notre faveur pour rendre inefficace toute attaque forgée contre nous. David l’a bien compris aussi quand il disait:

L’ange de l’Eternel campe autour de ceux qui le craignent, et il les arrache au danger. Psaume 34:8

 

Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut repose à l’ombre du Tout Puissant. Psaume 91:1

Demander les bénédictions divines doit être toujours accompagné d’une demande de protection contre le malheur et la souffrance étant donné que nous vivons dans un monde déchu.

La prière de Jaebets: une prière à mémoriser!

Le mois de janvier s’est terminé, mais je garderai en mémoire l’expérience extraordinaire que j’ai faite grâce à la prière de Jaebets. J’ai vu la main de Dieu intervenir miraculeusement dans ma vie. Je peux attester en toute sincérité que Dieu répond aux prières de ses enfants.

Yabès a prononcé cette prière : « Dieu d’Israël, donne-moi ta bénédiction, augmente mes terres, étends sur moi ta main protectrice, éloigne de moi le malheur et la souffrance ! » Dieu a donné à Yabès ce que celui-ci lui a demandé. 1 Chroniques 4:10

 

À bientôt!

 

 

 

Pour toi, spécialement!

Photo credit : MarlaMayHayley via Compfight cc

Photo credit : MarlaMayHayley via Compfight cc

Je m’imagine que la Bible est une lettre. Une lettre de Dieu à ses enfants, les humains. À travers ses pages, il révèle ses intentions à leur égard, ses plans, ce qu’il aime, ce qu’il déteste. Il raconte des histoires de ses autres enfants qui ont vécu avant nous pour nous montrer comment il agit.

Quand je lis la bible, je m’attends à recevoir un message de Dieu lui-même. J’aimerais lui entendre me parler. Je ne suis pas particulièrement intéressée à ce qu’il dit aux autres. Je veux ce tête-à-tête, ce dialogue, cet entretien pour me donner du courage afin de continuer à vivre pleinement.

Les versets prennent une tournure particulière. Ils me parlent de lui. Ils me transmettent son message. Ils me font penser à lui, et par conséquent, à moi. Un père est père que s’il a un enfant. Alors, ces versets me sont adressés même s’ils le décrivent parfois.

Je peux m’asseoir, prendre ma Bible. Et la lecture devient ce qui suit…

Mon enfant,

J’ai pris l’initiative de t’écrire pour rétablir le contact avec toi.

Depuis trop longtemps, tu vis loin de moi. Pourtant d’un amour insondable je t’ai aimée et je t’aime encore (Jérémie 11v 3). C’est pourquoi je fais le premier pas. Tu peux décider de m’ignorer.

Toutefois, mon amour pour toi n’est pas une entrave.

Et loin de moi la pensée de t’enchaîner, car je t’aime par-dessus tout.

Je ne peux me tenir loin de toi. De ma demeure, je te regarde te débattant avec tes tracas et tes soucis quotidiens. Je vois ton indécision. Tu ne sais quel comportement adopté à mon égard. C’est pourquoi aujourd’hui, je t’offre mon aide.

J’ai en réserve pour toi une place dans ma demeure et des plans pour ton avenir.

Je ne veux vivre éloigné de toi. J’ai tant de choses à te dire… (Jérémie 29 v 11)

Je sais que tu es environnée de philosophies, de connaissances qui te prennent tout ton temps. Tu es affairée à la poursuite de gains matériels. Ta vie est une éternelle course à la montre. Mais je voudrais que tu m’accordes quelques minutes de ton temps. Tu pourras alors m’entendre te parler.

Je serai toujours là pour toi, pour t’écouter, te réconforter, te conseiller.

Sur mon épaule, tu déchargeras tes soucis et inquiétudes. Je serai ton Ami. (1 Pierre 5 v 7)

Trouveras-tu le temps de me répondre? Je le souhaite ardemment, car ma lettre te parviendra sûrement.

J’attends ta réponse avec impatience.

Avec tendresse et amour,

Ton Père,

Dieu

PS. Recevez GRATUITEMENT mon ebook “Je te le promets” pour relire avec plaisir les promesses dans le livre des Psaumes.

cta-book

Une histoire de livre et de confiance en Dieu

C’était l’été. J’étais enthousiaste à l’idée de devenir colporteur missionnaire. Je me voyais déjà vendre des centaines de livres et bénéficier des avantages financiers qu’offrait ce programme. Cependant, au fur et à mesure, que l’été s’écoulait je voyais mon rêve partir en fumée. Aucune vente! (Jusqu’à présent, je ne peux rien vendre 🙂 )

Presqu’à la fin de l’été, j’ai été obligée de rendre au responsable de programme tous les livres que j’aurais dû vendre. Quelle défaite! Dieu et moi, c’était fini!

Encore les apparences!

Cependant, pour quiconque me voyait cet été-là, je ressemblais à une adolescente chrétienne. Je participais aux activités de l’église comme d’habitude. Je ne ratais aucune réunion de prière. À l’extérieur, tout allait bien. J’étais une parfaite jeune chrétienne. Jeune? Sûrement! Chrétienne? Peut-être. Parfaite? Sûrement pas!

Des prières ferventes non répondues!

Voyez-vous, j’avais demandé à Dieu avec toute ma foi d’adolescente pieuse  de me permettre de vendre tous les livres que le coordonnateur missionnaire me donnerait. J’avais prié ardemment et je pensais que Dieu m’avait donné le feu vert. Cependant, je n’ai rien vendu.

À la fin de cet été, je me sentais déprimée, esseulée. Je ne ressentais aucun désir d’aller à l’église ni de prier ni de chanter. Ma relation avec Dieu était quasi inexistante après avoir compris que je ne recevrais pas les bénédictions matérielles attendues en réponse à mes ferventes prières. Pourquoi Dieu ne voulait pas me donner ce dont j’avais besoin?

Dieu, je suis fâchée contre toi!

J’étais déprimée, déçue, mais par-dessus tout j’étais furieuse contre Dieu. Il aurait pu me faire rencontrer des gens intéressés par mes livres. Il aurait dû me permettre de vendre au moins le quart des livres. Après tout, c’était un moyen de partager ma foi et j’avais besoin d’argent pour la rentrée scolaire.

J’étais parvenue à la conclusion que la puissance que les chrétiens conféraient à la prière était exagérée. Chaque jour je m’éloignais donc un peu plus loin de Dieu. L’église perdait de son attrait. L’habitude me poussait à y aller. Ma foi était au point mort. Je ne lisais plus la bible.

Malgré tout, j’étais curieuse de voir ce que Dieu allait faire pour me faire remonter la pente. Car, personnellement, j’étais au bout du rouleau. Je voulais renouer le contact avec lui. Cette fois, j’attendais qu’Il fasse quelque chose.

Une réunion de prière pas comme les autres

Cette réunion de prière était semblable aux autres mercredi soir à l’église où ma communauté se réunissait pour prier. J’y suis allée par habitude avec la ferme décision de ne pas prier. J’avais fait l’expérience pendant l’été : la prière ne fonctionne pas. Alors, à quoi bon prier?

Je suis entrée à l’église en même temps que le père d’un de mes amis. Un homme âgé (en tout cas il me semblait qu’il l’était. J’étais une adolescente!). Je le connaissais très bien. Pourtant, ce soir-là il m’a enseigné une leçon spirituelle importante. Je le regardais parler aux autres, les saluer d’un large sourire et déclarer combien Dieu était bon. Comment? Dieu est bon ? J’étais sceptique. Il n’avait pas répondu à ma prière! Il m’avait complètement ignorée me semblait-il. Et lui, il disait que Dieu était bon. Je ne pouvais le croire.

Même réponse, réaction différente

Dans mon cœur une lutte pour la sauvegarde de ma foi était en train de se dérouler. Je me suis rappelé que Dieu ne répondait pas toujours aux prières de cet homme. Je savais que lui aussi il avait besoin d’argent. Cependant, contrairement à moi, il n’avait pas tourné le dos à Dieu à cause de ses problèmes. Il se raccrochait à lui. Et par-dessus tout, il n’était pas aussi jeune que moi je l’étais. À travers les années, il a dû avoir des prières non répondues, des attentes non comblées. Cependant, il est resté avec Dieu.

Être Chrétien, c’est…

Tout à coup, j’ai compris qu’être chrétien était avant tout une affaire d’endurance, de persévérance. Paul l’a expérimenté. Dans Philippiens 3:4, il nous dit: “je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ.”  La vie chrétienne est dynamique. On ne reste pas en place. Et parfois, on peut perdre de son énergie.

Ce jour-là, j’ai compris que dans ma vie j’allais connaître d’autres situations où Dieu ne répondrait pas de la façon dont je voudrais. Que ferais-je dans ce cas? Si aussi jeune, j’étais prête à abandonner ma foi parce que Dieu ne m’avait pas donné les sous demandés, que se passera-t-il que quand des épreuves plus difficiles viendront? À cet instant précis, je suis retournée vers Dieu lui demandant pardon. Je lui ai fait savoir que j’étais parfaitement à l’aise avec sa réponse. Et notre relation a continué.

Je ne suis pas une chrétienne parfaite, mais je suis chrétienne.

« Seigneur, merci parce que tu nous parles non seulement à travers la bible, mais aussi par la présence de ceux et de celles qui te connaissent, qui marchent sincèrement avec toi. Leur exemple nous enseigne des leçons de foi et de persévérance. Que tu nous emploies aussi à servir d’exemple aux autres. »Amen!

Jacqueline

En route, ensemble vers le ciel!

PS Laissez-moi votre courriel, il me fera de vous envoyer gratuitement mon ebook “Je te le promets, un survol des promesses dans les Psaumes.”

cta-book

Une étudiante chrétienne (presque) parfaite

C’était l’hiver au Canada. Il faisait extrêmement froid. Immigrée des Antilles, je n’étais pas née dans un climat nordique. Toute l’année était l’été dans mon pays d’origine, mais vivant au Canada depuis près de trois ans à ce moment-là il m’était difficile de m’acclimater à l’hiver. Il faisait tout le temps gris. En fait, j’avais toujours froid. Il faudrait ajouter à cela que je ne maitrisais pas encore l’art de m’habiller pour l’hiver.

Cette année-là, non seulement j’enseignais à temps plein, mais aussi j’étais retournée à l’université pour faire des études en traduction. Mes journées comptaient 15h de travail et d’études et j’étais extrêmement fatiguée. Les devoirs s’accumulaient alors que j’essayais de jongler avec un horaire particulièrement chargé.

Une amitié pas comme les autres

Je m’étais liée à la professeure qui enseignait ce cours, et de temps en temps elle me conduisait à la maison le soir après le cours. Nous avons développé une certaine camaraderie, car elle aussi était une nouvelle arrivante au Canada et nous discutions des difficultés liées à l’immigration.

Je la respectais pour son excellente formation et la connaissance de la matière qu’elle enseignait même si je n’étais pas d’accord avec ses opinions religieuses. Elle n’était pas croyante, par conséquent, ses interventions en classe étaient teintées de ses opinions. Personnellement, je ne me sentais pas visée. Et j’appréciais tout ce que j’apprenais grâce à son enseignement.

Je n’en peux plus!

Un soir, après un cours de linguistique, j’étais particulièrement fatiguée et découragée. Après une longue journée de travail, je n’avais pas d’énergie pour m’asseoir sur les bancs de l’école. Mais, je suis quand même allée au cours. Pour la première fois, je contemplais la possibilité d’abandonner l’université.

Je ne pouvais pas quitter mon emploi, et je n’avais pas suffisamment de temps pour faire mes recherches et remettre des devoirs bien préparés. Je détestais la sensation d’être une étudiante ratée. À dire vrai, je pensais aussi à la réaction de mes professeurs quand ils lisaient mes devoirs qui n’étaient pas bien documentés. Si moi je pouvais voir les faiblesses de mes devoirs, à plus forte raison, eux les experts. Mais je ne disposais pas de temps pour les corriger. Par conséquent, pour la première fois, je me disais que ce n’était pas une bonne idée de continuer mes études même si je n’avais pas de diplôme canadien.

Je débattais cette question dans mon esprit. Alors que ma professeure me raccompagnait à la maison ce soir-là, elle m’a posé des questions précises concernant la classe, mon horaire. Et je ne sais pas pourquoi, je me suis montrée très vulnérable et je lui ai raconté ma lutte de survie. Je lui ai dit que j’allais sûrement abandonner les cours.

Une leçon de foi venant d’une non-croyante!

Après m’avoir écoutée attentivement, Mme B. (un surnom) m’a montré combien importantes étaient les études, particulièrement pour moi une jeune femme noire, immigrante. Elle m’a dit qu’elle me faisait confiance et que je réussirais. Elle croyait en mon intelligence.

Cette amie non-croyante a passé plus d’une demi-heure assise dans sa voiture devant ma maison tentant de redonner de l’espoir et du courage à une chrétienne au bout du rouleau. À la fin de la conversation, je lui ai dit que je penserais à ses conseils et que je lui ferais part de ma décision.

Une décision de foi

Une semaine plus tard, je lui ai écrit pour la remercier et pour lui dire que je poursuivrais mes études. Deux ans et demi plus tard, j’obtenais mon diplôme de traductrice.

Quand j’y pense maintenant, je me souviens qu’un jour, une incroyante a donné une leçon de persévérance et de confiance en Dieu à une chrétienne avertie. Non, elle n’a pas utilisé de versets bibliques, ni parlé au sujet de Dieu. Mais, elle m’a encouragée. Quelle ironie!

Alors que la Bible renfermait des centaines de promesses d’espoir, il a fallu que Dieu m’envoie une aide particulière. Il a vu que j’avais besoin de quelqu’un pour me tenir la main sur le chemin cahoteux et difficile de la vie. Cette aide s’est matérialisée en la personne d’une autre créature même si cette dernière n’accepte pas son autorité.

Dieu écrit droit avec des lignes courbes!

Dieu comprend la faiblesse de ses enfants. Il ne les abandonne dans les difficultés. Il leur envoie des aides inhabituelles, inusitées, mais efficaces. J’aurais dû être celle qui donnait de l’espoir. J’aurais dû savoir que mon Père céleste pourvoirait à tous mes besoins, mais il m’a fallu une incroyante pour me rappeler les principes de base de la foi.

« Merci Seigneur parce que quand je suis au plus faible tu es au plus fort. Quand je ne peux pas continuer la route, tu me portes sur tes épaules. Et tu m’envoies des aides inimaginables et incroyables. »

Jacqueline 

En route, ensemble vers le ciel!

Skip to toolbar